www.jodelle.pleindepages.fr

Jodie5.png

Dimanche 25 février 2018

Accueil

Nouvelles

Bonnes adresses

Boîte à outils

Photos

VidéoPoésie

Le comptoir

Livre d'Or

 

Admin

Histoires courtes

La mort sur devis

Des joies simples

Calendrier

LunMarMerJeuVenSamDim
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 1 2 3 4

Sondage

Faut-il que les convives ?

Oui, car les complaisantes

Bof, mais il faut que les conserves

Je n'ai pas compris...

Résultats

NewsLetter

Inscrivez-vous pour avoir des nouvelles de ce site.

Votre adresse email :

Se désabonner

Schaltinienne

  • Schaltinienne (ou dans la série « parlons classique »)


La découverte peut susciter un défi. Ce fut le cas pour la Schaltinienne que Sonia Quemener introduisit sur le site le 25 mai 2011, après découverte de cette forme auprès d’Alexandre Vasseur.
Inévitablement, des auteurs ont voulu se frotter à ces contraintes.

  • Bon, d’accord, mais c’est quoi une schaltinienne ?
Ce mot, plutôt compliqué et ardu à prononcer, "schaltinienne" a été forgé à partir du nom du poète Raymond Schaltin. Ce poète du XXè siècle a pris la forme du dizain (strophe de 10 vers) d'Emmanuel Lochac (1886 -1956) pour la modifier, puis composer ce qu'il a appelé " Les schaltiniennes " (Recueil paru en 1955).
Merci à Wikipedia d’éclairer un peu nos lanternes :
« La schaltinienne est une forme fixe de poème, proposée par Raymond Schaltin vers 1955-1956. Cette forme peut servir à traiter des sujets de fond. Ce poème comporte un quatrain embrassé, un tercet, un distique, un vers médaillé, le tout formant un dizain de Lochac (poème de dix vers). Ils doivent être indépendants l'un de l'autre et surtout pas raccrochés, par la conjonction ET par exemple. »
Au-delà du schéma de composition, les contraintes sont celles-ci :
  • Les séquences doivent être indépendantes.
  • Ne pas rattacher une strophe à la précédente par une conjonction de coordination.
  • Résumer l'idée développée au cours du poème dans le dernier vers.
  • Le mètre utilisé est l'alexandrin.

  • Forme originale (dérivée du dizain de Lochac):
Le poème se compose de dix vers répartis en quatre séquences :
- 1 quatrain (4 vers) à rimes embrassées => ABBA
- 1 tercet (3 vers) dont la formule des rimes est => CAC (La rime A paraît pour la troisième fois)
- 1 distique (2 vers) à rimes plates => DD
- 1 vers isolé (dit aussi : médaillé) où réapparaît la rime C (utilisée pour la troisième fois)
* On a donc un (4.3.2.1) avec comme schéma : ABBA-CAC-DD-C au sein duquel on respectera, bien sûr, l’alternance rimes féminines / rimes masculines.
  • Schaltinienne redoublée :
Dans cette forme, on double le schéma précédent en maintenant les mêmes rimes dans les deux schémas :
ABBA CAC DD C - ABBA CAC DD C.
À partir de ces deux formes, d’autres schémas peuvent aussi naître et s’affranchir éventuellement de certaines contraintes de reprise de rimes ou de mètre employé.

Les auteurs qui ont voulu tenter l’expérience sur Atramenta, ont aussi cherché à innover. Comme souvent, les contraintes stimulent les imaginations. Certains ont retiré leur œuvre depuis, mais il subsiste néanmoins ces quelques textes :

Dernière modification le : 28/12/2011 @ 00:16
Catégorie : Défis collectifs

Spécial

À découvrir aux éditions Atramenta :

Variations d'auteurs sur un défi.

Mon site vous ennuie ?
Passez donc voir les copains :

Brume d'Argent
Claude Attard
Dance eJost
FredLeBorgne
Idmuse
L'INstINctiVIsmE
Mysouris
Quetzalcoatl
Thierry Mulot


Infos site

Webmaster :
Jodelle

Envoyer un message

Site activé le 29/11/2009
Déjà 181306 visitesEn ligne :
Haut
Site créé avec Phortail 2.0.9 PHP version 5.2.17